Les formations pour devenir gynécologue

Le gynécologue passe près de dix ans à décrocher officiellement son titre. Le diplôme du spécialiste n’arrive pas juste après le baccalauréat série scientifique. Voici le parcours type pour rejoindre le rang des gynécologues.

Le gynécologue passe 6 ans à la faculté de médecine

Avant d’être affectueusement surnommé « gy-gy » ou « gynéco » par les dames, le gynécologue doit suivre un chemin parsemé d’embûches. Cela commence par le concours d’entrée à la faculté de médecine. Il faudra par la suite faire ses preuves à la PACES. C’est le tronc commun pour les professionnels de la santé. Beaucoup d’abandons sont à noter pendant ces deux ans partagés avec les paramédicaux et d’autres corps de métiers. Puis, il y a encore 5 ans de formation en médecine après lesquelles le futur gynécologue décroche le doctorat.

La spécialisation requiert du temps

En médecine humaine, l’orientation vers une branche commence à la sixième année. A ce stade, certains étudiants vont se tourner vers la chirurgie. D’autres vont poursuivre en gynécologie obstétrique. Cette science de la femme en tant que merveilleuse machine à procréer est abordée initialement dans les années de faculté. Pendant leur spécialisation, les gynécologues auscultent exclusivement des femmes du soir au matin. Ils passent même des nuits de garde à la maternité. Il faut en moyenne passer 4 ans dans un service gynécologie obstétrique pour devenir spécialiste.

Un programme de formation continue

Après 10 ans de formation, le gynécologue mérite amplement son titre. Cependant, rien n’est acquis dans ce domaine. Les technologies évoluent sans cessent. Les gynécos ont besoin de suivre une formation continue. Lorsqu’ils ne sont pas en consultation ou au bloc opératoire, ces spécialistes assistent à des séminaires ou des colloques. Des programmes de mise à niveau sont proposés par des laboratoires ou des équipementiers. Les professeurs agrégés et les chercheurs convient également les obstétriciens à suivre de près leurs dernières trouvailles pour les mettre en pratique. Bref, il faut apprendre continuellement pour être bon dans le métier de gynéco.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *